Tendance Savoie Mont-Blanc

Le bon sapin pour le bon usage et la bonne durée

Article du 13 décembre 2018

Vous l’avez compris, je ne vous parle que d’un VRAI sapin.

A deux semaines de Noël, certains décorent déjà «leur roi des forêts», d’autres préfèrent  patienter la veille ou l’avant veille du jour «J.» 

Voici quelques conseils avisés de Jean-Luc Rat-Patron producteur de sapins de Noël en Chartreuse, estampillés de la «Marque Savoie.» Fort de 30 ans d’expérience, ce pépiniériste a fait le choix d’une production raisonnée. (à savoir que la rotation de culture peut aller jusqu’à dix ans.)

 

 

Comment cultivez-vous vos sapins ?

Nous veillons à pratiquer les techniques alternatives avec le désherbage mécanique ou quelques moutons. Nous sommes attentifs à la taille pour optimiser la qualité de nos arbres. En juin et juillet, nous les taillons tous «en revers» pour reformer leur silhouette afin qu’ils restent le plus longilignes possible. Les plus hirsutes ont déjà été rafraichis une première fois lors d’une taille en février. Nos arbres ne sont pas forcément très larges mais denses et bien coniques jusqu’au sommet. Conformément à notre charte, nous travaillons en circuits courts.

Nordmann ou épicéa ?

Si le sapin s’invite souvent bien avant Noël, il vaut mieux opter pour un Nordmann coupé au risque de le voir moins beau le jour J, mais il ne perdra pas ses aiguilles ou un épicéa en pot. Pour ceux qui attendent le dernier moment, ils choisiront un épicéa qui diffusera en plus son parfum dans la maison jusqu’à ce que ses aiguilles tombent. L’idéal pour un sapin coupé, est de le déposer dans une bassine d’eau.

Quelle est la hauteur idéale ?

Entre 1,50 et 1,75 m. Noël ce n’est pas tous les jours, il faut mieux choisir un sapin assez haut. Bien taillé, allongé, il ne sera pas encombrant. Inutile de le charger en décoration, un sapin, c’est naturellement beau ! Laissons entrer ce coin de nature à Noël.

Que faire d’un sapin après la fête ?

Pour le sapin en pot, il faut veiller à l’arroser régulièrement dans la maison pour ensuite, le replanter dans un jardin ou pourquoi pas en forêt, attention avec l’accord de l’ONF ! Le sapin coupé sera réduit en petit morceaux pour en faire du broyat et non pas abandonné dans une benne à ordures.

 

Catherine BIGAUT MAGNIN